mercredi 18 août 2010

Northern Soul: Little Carl Carlton The 12' Years Old Wonder



Little Carl carlton a été un très jeune chanteur de Detroit âgé de 12 ans à peine en cette année 1964, qui a commencé son parcours de chanteur relativement tôt, ce qui n'est pas sans rappeler un certains Stevie Wonder pour ne citer que le plus connu qui lui, poursuivra une carrière stellaire par rapport à tous ses contemporains. Choses qui étaient relativement courante dans le milieu noir Américain de cette ère des 60's de ce que fût l'univers de la Soul musique pour de jeunes chanteurs à l'instar de l'excellent Darrow Fletcher à Chicago, par exemple, très connu pour son titre légendaire "The Pain Gets A Little Deeper" sorti à 14 ans ou encore du côté plus obscure des productions de Mike Hanks & Cody Black, toujours à Detroit comme les Lil' Soul Brothers dont il serait bien difficile de trouvé quoi que ce soit comme information mis à part qu'ils ont réalisé que trois chansons comme 'I've Got heartaches" sur le label Wheelsville, et ces morceaux sont d'ailleurs relativement mal chanté, mais sans pour autant être dépourvu de charmes et d'intérêts. Il y en reste beaucoup d'autres encore à découvrir, tant cette univers est vaste et a été prolifique, car le mot "Little" dans l'histoire du R'n'B faisait souvent référence à un chanteur "jeune" ou de "petite taille".

Revenons à ce Little Carl carlton qui fait l'objet de cette chronique: A ses débuts pour le producteur Herman Davis & Edd Henry il enregistra deux singles absolument délicieux et inoubliables tel que "Don't you Need A Boy like Me", un très bon mid tempo dancer et "So What", une pure merveille! Deux disques sortit sur le label microscopique de Detroit Lando. Quand aux arrangements, il s'agit encore de l'incontournable Dale Waren, d'après certaines sources. D'ailleurs c'est sûrement à causes de ces deux titres que l'envie de parler de ce chanteur m'est venu.
Ensuite ce sera chez Golden World qu'il fera un court passage et qu'il sera baptisé par Ed Wingate, le patron de ce label: "The 12 Years Old Wonder" pour un seul single fantastique, mais malheureusement devenu trop rare aujourd'hui, le fameux "Nothin' No Sweeter Than Love". Tous ces morceaux resteront des hits mineurs qui ne dépasseront pas la scène locale de Detroit.

Mais cela suffira à le faire remarquer et à signer avec le producteur Don D. Robey pour le label Backbeat basé à Houston au Texas, une division du groupe ABC Paramount ou Little Carl Carlton deviendra par la suite Carl Carlton et sera surtout entré dans la légende de ce monde mystérieux qu'est la Northern Soul avec un single appelé "Competition Ain't Nothing" que l'on peut écouter très facilement sur diverses compilations du genre ou se procurer ce 45' en pressage original pour pas grand choses, car c'est un très bon classique dont on ne se lassera jamais. Il a été réalisé en 1968 pour Backbeat ou sur le label Action pour le pressage UK. Ce très bon label Texan ou il réalisera la majorité de sa carrière de 1968 à 1974 ou d'autres disques de qualités sortiront comme "I Can feel It" de 1970, est encore un titre malheureusement devenu trop rare et trop cher, mais qui a été compilé chez Kent sur "Class Soul 66". Quand aux autres morceaux plus tardif réalisé sur ce label, ils sonnent plus dans un registre appelé Crossover Soul comme "Don't Walk Away", ou encore "Two Timer" produit par Mike terry, mais qui appartiennent à une période de la Soul (1969 à 74') que je n'explore pas plus que cela et dont il me serait difficile de parler.

Pour conclure sur ce chanteur, certaines personnes qui écoutent plus de Soul 70's ou de la Modern Soul, voir du Disco le connaissent pour les morceaux "Everlasting Love" sortit en 1974 ou encore "She's A Bad Mama" en 1981 qui ont été de grand succès tardifs et entre autres les seuls de sa longue carrière. Mais qui personnellement, question de point de vue, ne me touche en aucune façon comparé à ses morceaux Early Soul du début des 60's avec cette voix magique d'enfant pleine d'énergie et d'ambition.

Par Early Sounds




1 commentaire: